Sortie découverte en Bourgogne

 

2 septembre 2006 à Meursault (Côte d'Or)
 

.


Dégustateurs : Jean Claude Grappe, Catherine Poncet, Maurice Jaillet, Jacqueline et Jean Jacques Pelaudeix, René et Dany Pommey, Edith et Claude Rigaud, Roland Pauly, Olivier et Mme Sorlin, Michel Campy, André et Michelle Rousset, Jojo et Michelle Favier

1) VISITE DE LA MOUTARDERIE FALLOT

C'est dans le bâtiment napoléonien d'origine que nous sommes accueillis par une guide qui commence par nous expliquer l'historique de la maison Fallot fondée en 1840 et les origines de la moutarde ou sénevé, utilisée déjà sous l'antiquité pour ses propriétés médicinales. Nous observons un diaporama relatant ces propriétés à travers le monde
Puis nous entrons dans le bâtiment pour la visite du musée, des matériels anciens comme jarres, tamis et surtout les meules nous replongent dans le monde artisanal des moutardiers du XIX ème siècle.
Pour la fabrication de la pâte de moutarde il faut 4 ingrédients : graines, eau, sel et alcool ou vin ou verjus. ( le verjus est un jus de raisin vert donc acidulé)
La moutarde de Bourgogne est confectionnée avec des graines produites en Bourgogne ( 1350 ha) et de l'Aligoté, pour la moutarde de Dijon les graines viennent principalement du Canada.
Fallot produit 82 000 tonnes par an, on la trouve dans les épiceries fines, 53% sont exportés dans 60 pays .
Les meules sont en 2 parties la partie supérieure se nomme la volante, des sillons sont taillés dans la partie inférieure.  Après avoir goûté des graines, quelques personnes munies d'un pilon commencent à écraser dans un bol, des graines et un peu de vin. Après quelques instants le mélange jaunit et la moutarde est réalisée.
Au goûter c'est très amer, mais une autre dégustation est prévue. Dans des assiettes sont disposées différentes moutardes : nature, à l'ancienne, au cassis et au pain d'épices et différents aliments : crevettes, carottes, jambon persillé, tomate. Tout le groupe semble captivé par la dégustation, ensuite chacun réalise l'achat de sa moutarde préférée.
Un échantillon de moutarde à l'ancienne est offert à chaque visiteur.

Conclusion

Un peu déçue car je pensais que l'on visiterai un atelier et non seulement le musée, l'an prochain des aménagements permettront de suivre la fabrication dans l'usine.
Le tarif de la visite est trop élevé ( 8 euros en groupe, 10 euros en individuel) les moutardes en vente au magasin devraient couvrir les frais de visite.
Maintenant nous savons faire de la moutarde mais Fallot sait faire du "blé"

2) DEJEUNER AU RELAIS DE LA DILIGENCE A MEURSAULT

Bel établissement au cour du vignoble, le cadre est très joli, les salles sont spacieuses, le menu typiquement bourguignon était copieux, délicieux et arrosé de Monthelie

MENU

Jambon persillé
Oufs pochés à la bourguignonne
Sorbet au marc de Bourgogne
Mignon de porc moutardier et sa garniture
Assiette de 3 fromages régionaux
Assiette gourmande
Café

3) PERNAND VERGELESSES  "Pernand je bois, verre je laisse" ( HenriV)

Le vignoble
Niché au confluent de deux combes, Pernand Vergelesses se situe sur les hauts de la Côte de Beaune. C'est "la montagne de Corton" qui abrite trois villages dont Aloxe Corton et Ladoix Serrigny.
Appellation communale de la Côte de Beaune, elle comporte également 8 climats classés en premier cru et 2 grands crus : Corton en rouge, Corton-Charlemagne en blanc.
La Petite Histoire : Au temps de Charlemagne, il y avait comme partout sur la Côte d'Or, surtout des cépages rouges. La Petite Histoire veut que l'Empereur, arrivé à un âge avancé, s'était laissé pousser cette barbe fleurie aujourd'hui légendaire. Bon vivant et amateur de festins, Charlemagne appréciait au plus au point les vins rouges de Corton qui, hélas, maculaient les poils de son impériale barbe, au grand scandale de son épouse qui jugeait la souillure indigne d'une condition d'Empereur. Excédé par ces remontrances, Charlemagne fit arracher les cépages rouges de Corton et replanter en cépages blancs. Il est honnête de préciser que jusqu'au siècle dernier, c'était de l'Aligoté que l'on produisait sur ces sols et que l'on doit à l'arrière-grand-père de Louis Latour l'idée géniale de remplacer l'Aligoté par le Chardonnay.

DOMAINE PIERRE MAREY ET FILS

Il s'étend sur 10 ha  La vinification est faite au Domaine, selon des méthodes traditionnelles, les vins sont élevés en fûts de chêne. Le domaine produit des blancs : Aligoté, Pernand Vergelesses, Sous Frétille premier cru de Pernand Vergelesses, Corton Charlemagne grand cru.
Les vins rouges : Bourgogne " Les Chagniards", Pernand Vergelesses et "Les belles filles" Pernand Vergelesses

DEGUSTATION

Les rouges
1- Pernand Vergelesses 2001
Robe rubis aux reflets noirs. Un nez fruité sur les arômes de cassis et framboise. Attaque fraîche, la bouche est encore tannique, une fine amertume en fin de bouche . Vin à boire

2- Pernand Vergelesses "Les Belles Filles 2003"
Jolie robe rubis aux reflets noirs, Au nez se dégagent des senteurs de viande et gibier. Les tanins sont bien enrobés, l'acidité et l'alcool le tiennent bien. Bel équilibre en bouche. A boire dès à présent.

3- Pernand Vergelesses "Les Belles Filles 2004"
Un premier nez d'épices, surtout de poivre puis à l'agitation se développent des notes sauvages et sous-bois. Attaque fraîche en bouche, des tanins bien arrondis. A garder

4- Corton 2004
Hélas stock épuisé
Bouche élégante, ronde, beaucoup de matière, belle et bonne persistance .

Les blancs

5- Aligoté 2005
Le nez dégage une belle gamme d'arômes à dominante d'agrumes, de citron vert. Belle acidité en bouche qui lui confère de la fraîcheur mais élégamment enrobée par du gras. Très agréable avant le repas.

6- Pernand Vergelesses 2003
Joli nez aux arômes de miel, beurre, brioche
L'attaque en bouche est souple, puis le moelleux se développe et le final est capiteux 14°
A boire maintenant

7- Pernand Vergelesses 2004
Attaque fraîche, belle acidité, du gras, bel équilibre. Bonne persistance en bouche .

8- Pernand Vergelesses premier cru "Sous Frétille" 2004
Nez très aromatique, d'abord la pêche, la noisette, puis le beurre et le miel
La bouche est ample et grasse . Un vin à savourer

9- Corton-Charlemagne 2004
Nez superbe et puissant aux notes de vanille, cannelle, miel, noisette, beurre, brioche.
La bouche est souple, ample, généreuse, le gras se développe bien, très bel équilibre.
Tout le groupe se tait pour déguster religieusement ce grand vin .

Conclusion

Très belle dégustation mais dommage que papa Marey est cassé  ( involontairement) la concentration des dégustateurs par ces propos sur les fruits et la distillation. De ce fait le groupe était moins attentif en deuxième partie et j'ai plus de difficultés à vous faire ce compte-rendu.
Une belle maison qui propose des vins de Bourgogne de bon rapport qualité/prix .

La Présidente
Marie Thérèse GRAPPE