Visite de la cuverie des hospices

23 mars 2007 à Beaune (Bourgogne)
 

La cuverie se situe dans des locaux neufs, fonctionnels à l'hôpital de Beaune, l'Hôtel Dieu du centre ville héberge désormais le Musée.

Historique

En 1443 Nicolas Rolin chancelier du Duc de Bourgogne décide de concert avec son épouse
Guigogne de Salins de créer hôpital un hôpital pour accueillir les plus démunis
Au fil des années, l'Hôtel Dieu a acquis une solide réputation . Le domaine s'agrandit grâce
aux dons de généreux bienfaiteurs, argent, terres, maisons, vignes...
Depuis 1794, la vente de charité des vins des Hospices de Beaune a lieu le troisième
dimanche de novembre, vente aux enchères effectuée à la bougie, sous le marteau depuis
trois ans par la société Christie's : 676 pièces de vin : 560 de vin rouge et 116 de vin blanc ont trouvé preneur
A noter que désormais un particulier peut acheter une pièce mais doit obligatoirement
faire élever le vin par un négociant.
En 2006, la présidence d'honneur était confiée à Fanny Ardant. Les Hospices offre une
pièce à la personnalité invitée que celle-ci remet en vente immédiatement, les bénéfices
( 200 000 euros) ont été versés à l'association Enfants et Santé

img2.gif

 

Le domaine
L'hôpital possède une superficie totale de 60 ha ( 10 ha blanc, 50 ha rouge) répartis dans différentes communes : Beaune, Gevrey-Chambertin, Mazis-Chambertin, Morey Saint Denis, Pouilly Fuissé cela  représente 41 cuvées
L'hôpital est également propriétaire de 7 ares et vinifie 4 pièces en Batard-Montrachet et Clos de la Roche
Monsieur Masse régisseur du domaine viticole emploie 23 personnes dont Monsieur Lecomte onologue qui assure notre visite .
Le travail des vignes se fait en culture raisonnée et 2/3 en bio avec objectif 100% bio.
Les rendements sont de 35 hl/ha, la récolte se fait manuellement, le raisin est disposé dans des caisses transportées sur un camion plateau ou dans un camion rigorifique pour la vendange provenant du Mâconnais.
A leur arrivée au chai, les raisins sont disposés sur des tables de tri, 25% non conformes iront à la distillerie. Pour le Pinot, l'éraflage est pratiqué sauf si la vendange est très saine, puis elle est mise à fermenter pendant 15 jours dans des cuves à double parois de contenance variable : 80 , 60, 40, 30 hl. Tout est régulé par un système informatisé .

Robot pigeur : Nous descendons maintenant dans la cave d'élevage, voûtée, très grande et presque vide puisque la vente a déjà eu lieu, sur les mille pièces, il n'en reste qu'une quarantaine de pièces, réserve de l'hôpital destinée aux réceptions, cadeaux et vente au personnel. Le régisseur nous rejoint et nous invite à découvrir les vins tirés des fûts.

Dégustation

1- Corton-Charlemagne 2006

Une robe jaune doré, un nez expressif où domine le toasté, brioché, vanillé, l'attaque en bouche est souple, un beau développement, du gras une rétro de pomme cuite vanillée.

2- Beaune Nicolas Rolin 2006

Belle robe rubis intense aux reflets violacés. Le nez  dégage des notes de petits fruits rouges, la bouche est fraîche, ample, les tanins demandent à s'assouplir.

3- Mazis-Chambertin 2006

Comme les précédents il est encore jeune, belle robe rubis, nez très flatteur, en bouche beaucoup de matière, des tanins fins et serrés et une bonne longueur
C'est le sommet des rouges des Hospices

Puis les bouteilles suivantes

4- Beaune 1er cru 99

Une robe rubis aux reflets de couleur pourpre. Le nez évoque les fruits noirs mûrs, des notes de cuir et gibier. L'attaque en bouche est fraîche, vin charpenté, des tannins fondus et soyeux, belle finale.

5- Pouilly-Fuissé 2000 en magnum

Robe jaune aux reflets or, un nez est puissant de grillé, torréfié, la bouche est ample, grasse et harmonieuse.

Un grand merci

Marie Thérèse Grappe