http://

Dégustation des vins d'Arbois 

DOMAINE DANIEL DUGOIS Les Arsures (Jura) 
VISITE ET DEGUSTATION DU 15 NOVEMBRE 2008

Dégustateurs : JC Grappe, Maurice Jaillet, Jean Claude et Monique Morel, Arnaud  Clerget, Catherine Poncet, Jean Mary Gros, Philippe et Andréa Gensheimer, Claude et Edith Rigaud, Fabrice Barbier, Georges Trimaille, Brigitte Bonnot, Monique et André Bouchard

Pour la seconde fois cette année, nous nous sommes rendus chez Daniel et Monique Dugois, en effet lors de la première séance en mai nous n'avions pas eu le temps de goûter tous les vins de la production, nous avions dégusté essentiellement les vins rouges et vu le nombre de bouteilles proposées à la dégustation, il paraissait plus raisonnable de revenir pour étudier les blancs et les jaunes (voir la présentation du domaine dans la précédente dégustation)

Dégustation

1- Chardonnay 2008
Robe pâle, trouble par le gaz encore en suspension
Le nez est déjà bien ouvert, des notes de fleurs blanches, citron, bonbon acidulé
L'attaque en bouche est nette, acidulée, on retrouve les notes citronnées, une fine amertume en fin de bouche qui porte longuement le léger perlant, vin déjà bien équilibré

2- Savagnin 2008
Robe très claire, troublée par la présence de gaz
Nez expressif de banane et bonbon anglais, des notes de miel
Bouche : attaque vive, fine et belle acidité. Vin élevé en citerne puis stocké en foudre

 3- Chardonnay 2007
Vient d'être mis en bouteilles
Robe jaune pale, brillante, nette
Nez : fleurs blanches, petits fruits groseille à maquereau, tabac blond
Bouche : attaque franche, du gras et acidulé se complètent parfaitement
On retrouve le fruité et l'acidulé en fin de bouche qui est moyennement longue

 4- Chardonnay 2004 en Mouchet
Robe de couleur jaune pâle aux reflets argentés, brillants
Nez aux accents de minéral, levure et noisettes fraîches, pomme
Bouche : attaque franche, du gras, du volume, de la chaleur, des épices, on retrouve la pomme cuite, bel équilibre. Vin très plaisant d'une belle finesse à boire dès à présent

 5- Chardonnay 2002 en Mouchet
Robe jaune doré
Nez fruité, pomme surmûrie, amande amère, prune, du minéral, grillé, vanillé
Bouche : attaque nette, bouche assez souple, bien équilibrée, beurrée, onctueuse, beau volume
Du bonheur en bouche, à boire maintenant

 6-Chardonnay 99 en Aigrefeu
Sur graviers gras de Montigny, élevé quatre ans en foudre ouillé
Robe jaune doré, limpide
Nez fruité, fondu, toasté, minéral, pommes surmûries
Bouche agréable, belle rondeur, du gras, beau volume soutenu par l'acidité sous-jacente. Finale longue et persistante sur une rétro de fruits secs, noisette.

 Toute la série suivante à l'aveugle

7- Pinot gris 1993
Robe jaune paille aux reflets dorés
Nez surprenant sur les petits fruits rouges, citron, épices, miel, sureau
Bouche : attaque franche, de la rondeur, arômes de fruits compotés, miellés, eau de vie de mirabelle, quelques tanins fins et serrés. Fin de bouche eau de vie de mirabelle. 
Ce vin n'est ni un Chardonnay ni un Savagnin, nous n'avons pas pu l'identifier

 8- Trousseau blanc 2006 en Grevillières
Robe jaune pâle aux reflets légèrement rosés
Nez : pomme, groseille, framboise, eau de vie 
Bouche : attaque douce, bel acidulé malgré la légère sucrosité, légère amertume en fin de bouche
J'avais parié sur un Savagnin rose, mais surprise c'est un Trousseau vinifié en blanc

 9- Chardonnay sur lies 1996
Robe d'un beau jaune doré
Nez très fondu aux notes de torréfié, pomme, miel et minéral
Bouche : attaque franche, assez grasse, ronde soutenue par une belle acidité, on retrouve le grillé, les épices, un côté un peu sauvage, en finale une amertume bien présente.

 10- Chardonnay 1990
Belle robe dorée
Nez complexe, fondu, torréfié, eau de vie de mirabelle, minéral, pomme compotée
Bouche : attaque franche, de la puissance et chaleur, belle acidité, finale sur le torréfié, vanillé

11- Trousseau 1995 
Robe jaune pâle
Nez sur des notes exotiques, fruits, champignons, beurre, miel, minéral et iode
Bouche : attaque moyenne, assez minérale, une acidité présente un peu gazeuse, pas très long en bouche, nous sommes sur un vieux millésime mais nous ne trouvons ni le cépage ni le millésime (petit) . Dominante de ce vin : acidité et minéralité

 12- Chardonnay 1989 en Aigrefeu
Belle robe jaune paille aux reflets or
Nez fin, fondu, minéral, fumé, tabac blond, mirabelle
Bouche : attaque souple, belle acidité, on retrouve des notes toastées et mirabelle compotée
Nous avons bien reconnu le Chardonnay et un millésime ancien mais sans aller jusqu'en 89

 13- Pinot gris 1989
Robe jaune pâle aux reflets dorés
Nez fondu sur l'évolution
Bouche : attaque nette, chaude, vieil armagnac, vieux Macvin puis les fruits confits, le miel de châtaigne et les épices
Evidemment personne n'a trouvé ni même imaginé être en présence d'un tel vin dans la région

 14- Chardonnay 1982
Robe intense de couleur jaune paille aux reflets mordorés
Premier nez fumé, grillé puis se développent des arômes d'écorces d'orange confites, de miel et de chocolat au lait
Bouche : attaque souple, du gras, de l'onctuosité, rondeur, alcool, finale très riche
Un Chardonnay oui mais quel millésime ?

15- Savagnin ouillé 2007
Robe jaune pâle
Nez fruité, pomme cuite, alambic
Bouche : attaque nette, bouche acidulée, finale sur les épices, poivre, girofle
Vin agréable, rafraîchissant, plein de fraîcheur
Enfin nous attaquons le cépage Savagnin après cette longue série de Chardonnay et vins surprises

 16- Savagnin 1992
Robe jaune paille
Nez : bonne intensité, léger réduit, amande amère, torréfié, grillé, vanillé, épicé
Bouche : attaque nette, bonne acidité, arômes de fruits secs, amande, léger volatil en finale
Vin élevé en fut neuf ayant contenu déjà deux fermentations (bosse de 600l)

 17- Savagnin 2005
Robe claire aux reflets dorés
Premier nez végétal, céleri, persil. Après aération se développent des arômes de citronnelle, verveine, pomme verte
Bouche : attaque franche, fraîcheur, acidulé, finale sur une rétro de pomme verte, vin gourmand

 18- Savagnin 1986
Robe jaune paille
Nez fondu, intense à dominante minérale
Bouche : attaque nette, bouche ample, belle et fine acidité, une rétro sur les fruits secs et le minéral. Vin très agréable, à savourer

 Nous commençons les vins jaunes et vu la richesse de cette dégustation nous limitons 
à 2 vins jaunes

 19- Vin jaune 2001
Robe d'une belle intensité, jaune doré aux reflets ambrés
Nez puissant, curry, noix, écorces d'oranges amères
Bouche : attaque franche, de la puissance, de l'ampleur, belle acidité. Une finale longue, élégante et tout en finesse

 20- Vin jaune 1988
Robe jaune ambré de grande intensité
Une pointe de métallique au premier nez, arrivent ensuite les fruits secs, noix, les épices 
Bouche : attaque ample, puissante, encore une fine acidité, les arômes sont très fondus, noix sèche, amande. Finale très fine beaucoup de subtilité
Ce vin correspond particulièrement à ce que l'on attend d'un vin jaune d'Arbois. Une main de fer dans un gant de velours dira Maurice

 Daniel tient a nous faire déguster encore deux vins toujours à l’aveugle

 21- Savagnin 1992
Robe jaune ambré, mordoré, reflets bruns
Nez sec, nez de vin de paille
Bouche : attaque chaude, vin sec, beaucoup d'acidité et d'alcool en fin de bouche
Ce vin est toujours en tonneau mais sans voile non ouillé.
Il provient de la première récolte d'une jeune vigne, soit à la troisième feuille, c'est celle qui fait le meilleur vin jaune. 
Ce vin nous rappelle les Olorosos dégustés à Jerez

 22- Pinot gris 2005
Robe pâle, reflets dorés
Nez : miel, poire séchée, fruits confits, torréfié, épices, caramel, torréfié
Bouche : attaque souple, bouche ample, douce, chaleureuse, des notes de miel, fruits confits
Il s'agit d'un Pinot gris en vendanges tardives qui titre 16°

Conclusion

Quelle dégustation ! Tant en qualité qu'en diversité
C'est très rare de pouvoir déguster des vins sur tant de millésimes antérieurs, merci Daniel pour avoir sorti de leur sommeil ces fameux flacons soigneusement gardés depuis tes débuts 
Tu nous as surpris avec le Trousseau blanc, le Pinot gris et tes vieux Chardonnays, j'espère que chacun  gardera en mémoire toutes leurs particularités
Le mot de la fin par le maître Maurice "Les vins de la maison sont caractérisés par la puissance, l'élégance, l'opulence, quant aux vins particuliers je dois dire que Daniel est l'Einstein du vin"